Les détails qui peuvent gâcher vos relookings et les conseils pour les éviter

« Relooker un meuble, tout le monde peut le faire », « Un petit coup de peinture, et hop »…

Ce genre de phrases, je l’entends régulièrement. Certaines personnes ne s’imaginent pas le travail que demande la rénovation d’un meuble, même pour un « simple coup de peinture ». Ceux qui pensent pouvoir le faire rapidement et obtenir un beau résultat se trompent. Relooker un meuble demande quelques petites attentions bien précises, et il faut savoir éviter certains pièges, au risque de gâcher tout le travail. Je répertorie dans cet article les détails qui peuvent vraiment gâcher votre projet de relooking de meuble, et je vous explique comment y remédier.

  1. Petits trous dans le meuble : attention aux xylophages

Les insectes xylophages se nourrisent de vieux bois. Ils adorent s’y nicher et y creuser des galeries. Comment les reconnait-on ? Ce sont tous les petits trous que l’on aperçoit à certains endroits sur un vieux meuble. Certes, ils participent au charme des vieux meubles et certains fabricants de mobilier neuf les reproduisent même artificiellement, mais il ne faut pas les négliger. Au moindre soupçon, il est important de traiter le bois avant toute autre intervention avec un produit xylophène, au risque de voir s’émietter les planches au fil du temps. Ne pensez-pas enfermer les bêbêtes dans le bois en bourrant les trous avec la peinture, elles trouveront toujours un moyen d’en sortir, et continueront à ravager vos planches de l’intérieur. Si un morceau du meuble est trop attaqué, il est préférable de le remplacer plutôt que de tenter de le traiter. Soyez surtout attentifs aux pieds des meubles, à la planche arrière et aux fonds de tiroirs.

Pied de meuble attaqué par les xylophages

2. Gare au remontées de tanin

Il ne faut pas oublier qu’un meuble en bois, autrefois, c’était un arbre. Et les arbres sont vivants. Comme toutes les espèces vivantes, ils possèdent leur moyen de défense contre les agressions extérieures. Les escargots ont leur coquille, les hérissons ont leurs épines, les arbres ont leur tanin. Le tanin, c’est en fait le bois qui rejette des substances pour se défendre. Mais il est la bête noire des ébénistes et des personnes qui souhaitent repeindre des meubles car il produit des taches brunes persistantes. On aura beau peindre, passer plusieurs couches sur le bois, rien n’y fera, les remontées de tanin auront toujours raison de nous. Sauf… si on y pense avant de reprindre le meuble et que l’on y applique une sous-couche anti-tannique qui bloquera les fonds. Certains bois sont plus tanniques que d’autres. Le sapin (au niveau des noeuds), le chêne et le merisier, par exemple, sont très propices aux traces de tanin.

Meuble en sapin peint comportant des traces de tanin

3. Traquer les coulures

Lorsqu’on repeint un meuble, surtout en tant que novice, on a tendance à charger le pinceau et le rouleau. C’est une erreur, car une trop grosse couche de peinture produit en séchant des coulures disgracieuses et qui seront impossibles à éliminer. Mieux vaut appliquer plusieurs couches fines qu’une grosse couche épaisse. Et lorsqu’on a terminé de peindre le meuble, on vérifie partout s’il n’y a pas de coulures, et on les efface en repassant le pinceau humide sur la couche qui n’est pas encore sèche. Au besoin, on fait appel à une autre personne pour l’inspection. Elle trouvera toujours des endroits que nous n’avons pas vus nous-même. C’est bien connu, quand on est trop impliqué dans un chantier, on ne voit plus rien.

4. Protéger après mise en peinture, attention aux vernis qui jaunissent

Imaginez. Vous êtes heureux d’avoir repeint votre meuble dans une jolie couleur, vous souhaitez maintenant prcéder à la dernière étape : le vernir pour le protéger des taches et de l’humidité. Bonne idée, mais ayez la main légère sur la couche de vernis. Certaines marques, même si elles proposent des vernis dits « incolores », ont tendance en séchant à faire jaunir la peinture, et donc à gâcher tout votre travail. Personnellement, je préfère appliquer une cire incolore sur ma peinture de finition, qui aura aussi un effet protecteur sans risque de faire jaunir ma couleur.

5. Soignez les finitions

Le diable est dans les détails. Parfois, une négligence des finitions peuvent montrer un travail d’amateur. Pensez à retourner votre meuble pour vérifier qu’il a été bien peint, sous tous les angles. Pensez à bien finir vos bords de tiroirs en masquant pour délimiter la peinture. Si l’intérieur du meuble est vraiment sale ou usé, il est préférable de le repeindre également. Vérifiez que les pieds ont été peintes jusqu’en haut et de tous les côtés.

En restant vigilent face à ces petits détails, vous réaliserez un relooking comme un pro. Il ne me reste plus qu’à vous souhaiter bon courage !

A lire aussi :

Bien préparer son meuble avant de la repeindre

Relooker un meuble : les 5 erreurs à éviter

3 commentaires

  1. Super article qui aidera certainement beaucoup de personnes. Un tout grand merci pour toutes ces précisions! Bonne soirée. Christiane.

  2. merci pour tous ces bons conseils. On ne pense pas à tout ça. Meilleurs voeux pour 2021. Bonne journée

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s