Et si je me lançais un défi zéro déchet ?

defi zero dechet

Arrêtons de se voiler la face. Même si on cherche à nous culpabiliser un max, nous, petits particuliers, agir contre la pollution, ça doit d’abord passer par les industries, sinon, on n’y arrivera pas. J’en ai l’intime conviction. Ce n’est pas parce que je trie mes petits déchets ménagers et que je vais à la pharmacie à vélo que j’endiguerai le réchauffement climatique. De plus, à quel titre me priverais-je d’un certain confort alors que tant d’autres gaspillent, pillent, souillent et encrassent notre environnement ? Voilà, ça c’est dit.

Mais en y réfléchissant d’un peu plus près, j’ai constaté que dans ma vie quotidienne, je pouvais effectuer un tas d’actes moins polluants pour l’environnement sans impacter mon confort de vie. Cela fait un petit moment que l’idée trotte dans ma tête : et si je me lançais un défi zéro déchet ? Peut-être que le fait de coucher mes idées sur ce blog vont me permettre d’avancer enfin. Ce ne sera jamais zéro, car zéro déchet, ça n’existe pas. Mais si c’est moins dix, moins quinze, moins vingt pour cent de déchets en moins, ce sera déjà ça ! Certes, ce n’est pas grâce à mes petites actions que la planète sera sauvée, mais si chacun d’entre nous agit à son niveau, ça peut avoir un impact. Les petits ruisseaux font les grandes rivières.

agir pour la planete

Tout d’abord, je vais commencer par faire la liste des gestes que nous effectuons déjà à la maison et qui sincèrement ont facilité notre quotidien plutôt que l’inverse :

  • J’ai installé (depuis 5 ans au moins) un STOP PUB sur ma porte d’entrée : adieu les liasses de dépliants promotionnels tout mouillés par la pluie qui dégueulent de la boite aux lettres et qu’on met aussitôt à la poubelle … dans les recyclables, c’est un comble ! Pour éplucher mes patates, j’ai opté depuis bien longtemps pour une assiette dans laquelle je mets les épluchures et que je rince ensuite. Et franchement, à part éplucher les légumes, ça servait à quoi les prospectus ?
  • Nous avons une cuve pour récupérer l’eau de pluie. Notre maison date de 1926, donc pas toute récente. Et bien j’ai comme l’impression qu’à l’époque, ils étaient plutôt malins les architectes, car sous ma cuisine a été creusée une cuve en briques qui récupère les eaux de pluie de la toiture, ça nous fait une énorme piscine sous-terraine à disposition, et même en temps de sécheresse, comme cet été, nous avons pu arroser notre jardin sans compter, et gratuitement !
  • Nous avons des poules. Juste deux, Germaine et Anna (mes grand-mères). En plus d’être extrêmement sympathiques (elles nous adorent, ce sont des animaux super attachants), elles pondent un oeuf chacune chaque jour et mangent tous nos restes. Contre toute idée reçue, oui, une poule est omnivore et mange tout autant des légumes que de la viande. Vous savez quoi, je l’ignorais avant ! Par contre, je vous conseille d’éviter les coqs à moins que nous ne souhaitiez vous fâcher avec vos voisins.
  • Mon vélo est toujours à disposition au bord du garage et prêt à l’emploi. Cela m’encourage, lorsqu’il fait beau, à aller à la pharmacie ou à la poste à vélo, c’est bon pour mes gambettes et ça fait des économies de carburant. Nicolas, mon mari, quant à lui, est un grand adepte de BlaBlaCar pour ses déplacements professionnels. Moi, je suis moins fan. Par contre, lorsque je vais bosser à Lille, je ne me pose même pas la question, c’est en métro.
  • Récemment, nous avons décidé de ne plus acheter d’eau en bouteille en plastique. Je stocke deux ou trois bouteilles en verre remplies d’eau du robinet dans le frigo. Aucun mauvais goût, et une poubelle de recyclables qui se remplit beaucoup moins vite. Nous continuons cependant à acheter des mini bouteilles pour le sport et le travail, car c’est vrai que c’est pratique. Prochaine étape, les gourdes. Enfin, on verra.
  •  J’allais oublier, car ça va presque faire dix ans, mais nous avons installé une pompe à chaleur et des panneaux solaires sur notre toiture, et à l’époque, nous avions bénéficié d’un crédit d’impot pour cela. Nous revendons notre électricité et récupérons presque 1000€ par an.
  • J’emprunte la plupart des livres que je lis à la bibliothèque (tiens, d’ailleurs, il faudrait que je rende mes derniers emprunts, je suis en retard).
  • Je chine et j’achète beaucoup d’objets d’occasion, mais ça, vous êtes au courant, je crois. Et dès que nous devons faire un achat pour la maison (mobilier, électroménager, etc.), nous avons le réflexe Le Bon Coin. C’est d’ailleurs comme ça que j’ai acheté une porte coulissante encore emballée à moitié prix. Ca fonctionne aussi dans l’autre sens, nous vendons beaucoup par ce biais, et parfois, je participe à une braderie pour vider mes placards.

Voilà, pour le moment, je crois que c’est tout. J’ai déjà une liste de huit actions qui contribuent à réduire les déchets et la pollution. Finalement, c’est pas si mal. Mais je sais que c’est perfectible. J’ai déjà un tas d’idées pour améliorer ce score !

poule
Anna, ma jolie poulette

A présent, je vais tenter de lister les actions de ma vie quotidienne qui polluent ou produisent des déchets :

  • J’utilise assez souvent des lingettes pour faire le ménage (les toilettes, la salle de bains) parce que c’est pratique et rapide.
  • J’ai une machine Nespresso et mon petit plaisir est de boire mon petit noir le midi après le déjeuner. Il est fort, ce Georges Clooney ! Il faut bien avouer que c’est le meilleur des cafés. Mais une capsule en aluminium par tasse, ça chiffre !
  •  J’achète parfois des Pasta box ou autres déjeuners en boîte jetable par commodité quand je n’ai pas beaucoup de temps pour manger.
  • Je fais mes courses au supermarché, comme la plupart des gens. Toujours pour des raisons de rapidité et de praticité, j’aime bien tout trouver sous le même toit et ne pas avoir à aller chercher dans plusieurs boutiques différentes ma viande, mes légumes, etc. Pas le temps pour ça. Mais le problème, c’est que l’on se retrouve au bout de quelques jours avec des monticules d’emballages : carton, plastique, films, aluminium, etc. Déchets soit disant recyclables, mais ce serait mieux de s’en passer tout de même.
  • J’utilise des produits ménagers sans prêter attention aux étiquettes et à leur impact sur l’environnement : anti-calcaire, décrassant, Cif, Monsieur Propre et j’en passe.
  • Idem pour tout ce qui est produits de beauté, gels douche, déodorants en spray. Je les achète par habitude, sans vraiment penser à l’impact qu’ils pourraient avoir.

Je crois que la liste s’arrête là, du moins pour les actions qui me semblent les plus impactantes.

Bon, forte de ces constats, je fais quoi maintenant ?

Je pense que dans un premier temps, il serait intéressant de désencombrer mon espace de vie. Faire le tri dans tous les placards de la maison et ne garder que les objets qui servent vraiment. Je suis plus que jamais motivée, on va commencer par faire ça. Je vous donne rendez-vous la semaine prochaine pour faire le point, et ainsi, je m’engage à agir, d’une façon ou une autre.

Et vous ? Le zéro déchet, ça vous parle ? Est-ce que vous effectuez déjà des actions pour réduire votre pollution quotidienne ? Si oui, lesquelles ? Ca m’intéresse vraiment de le savoir et je suis preneuse de tous vos bons conseils. Alors n’hésitez pas à intervenir en commentaires. Allez, à mercredi prochain !

 

 

Un commentaire

  1. Bonsoir,nous aussi nous avons mis un stop pub,on récupère l’eau de pluie,on achète moins d’eau en bouteille car nous avons opté depuis longtemps pour l’eau du robinet et des gourdes,les livres,j’en achète mais nous nous les échangeons avec ma fille ou des copines;un potager et un poulailler sont en cours d’installation.Sinon,j’ai fait des lingettes maisons,lavables,pour la toilette(en remplacement des cotons) et d’autres pour le ménage;j’ai remplacé le gel douche par des savonnettes(moins d’emballage). Je n’ai pas non plus beaucoup de temps pour manger à midi alors je cuisine plus le soir pour pouvoir réchauffer ou je me fais des salades,des soupes en hiver et je commence à utiliser le vinaigre blanc pour le ménage et le papier journal humide pour les vitres,ça marche vraiment! ah j’ai aussi opté pour le « cure-oreille »,fini les coton-tiges!J’habite un petit village donc la voiture est indispensable mais j’essaye d’optimiser en groupant tous les déplacements en une fois(supermarché,pharmacie,banque..). Je réutilise les feuilles écrites ou imprimées d’un seul côté pour les listes de courses par exemple.Et enfin,je cuisine beaucoup maison même les yaourts sont maison maintenant!

Laisser un commentaire