Brocantes : mode d’emploi pour faire les bons choix

Partir chiner en brocante, c’est comme participer à une chasse aux trésors. On commence sans trop savoir ce que l’on cherche, ni par quel chemin on passera. On se laisse guider par son intuition. « Et si j’empruntais cette petite ruelle ? ». On enclenche ses yeux en mode scan. Soudain, ils s’arrêtent sur un objet. Blocage. On s’approche du stand pour l’observer d’un peu plus près. Pourquoi celui-ci et pas un autre ? Sûrement parce que celui-ci précisément nous raconte une histoire, un épisode de notre enfance en général : les soirées chez mamie, les vacances avec les cousins… Parfois, on interpelle le vendeur, le coeur battant. « Monsieur, combien pour ce miroir en rotin? ». Lorsqu’il nous annonce son prix, c’est quite ou double. Soit on prend ses jambes à son cou. « Non mais ça va pas la tête, il est fou lui ». Soit on se précipite au fond  de sa poche à la recherche des quelques sous qu’il nous demande avant qu’il ne change d’avis. Parfois, lorsque l’objet est vraiment le même que celui de chez mamie, on négocie, jusqu’à trouver une entente avec monsieur (ce sont souvent des messieurs). Tout dépend à combien on évalue, une fois déduite la valeur intrasèque de cet objet, le prix de notre petite madeleine de Proust. En fait, chiner, c’est aller à la rencontre de ses souvenirs.

Mais que chiner ? Comment savoir si le monsieur cherche à m’arnaquer ou si l’objet de mes convoitises vaut vraiment le prix annoncé ? Et ai-je vraiment raison de dépenser mon argent pour acheter cet objet ?

Les conseils que je vais vous donner n’engagent que moi. Je chine assez souvent et je remarque que les tendances évoluent au fil des années, je commence également à avoir une bonne notion des prix. Chiner en brocante justement, est devenu un moyen de se meubler et de décorer son intérieur de façon très tendance. En témoignent des sites qui cartonnent comme Selency. Il faut toutefois rester vigilent, au risque d’entasser tout un bric à brac qu’à notre tour on étalera sur le trottoir et dont on se débarrassera à grand peine.

Voici quelques objets qui selon moi valent le coup d’être convoités en 2018.

La dame jeanne

Cette grosse bonbonne en verre utilisée pour conserver le vin et souvent à l’origine recouverte d’osier tressé fait vraiment partie des must de l’année. Elle peut être posée seule ou par groupe en guise de vase. A quel prix puis-je l’acheter ? On vous en propose 30€. Vous pouvez la prendre !

dame jeanne

Les meubles en rotin

Légers et aérés, de style naturel, les meubles en rotin étaient très présents dans les intérieurs des années 1970 et sont ensuite devenus ringards. Mais ils ont refait récemment leur apparition et sont même réédités par des enseignes de mobilier. Le prix dépendra de la taille du meuble que vous chinez et de son état général. Attention, avant de conclure votre affaire, inspectez votre meuble sous toutes les coutures car le rotin est fragile et difficile à réparer.

rocking-chair-osier

Les siphons en verre

Utilisés autrefois pour fabriquer des boissons gazeuses alcoolisées, ces siphons en verre très épais ont de très jolies formes et couleurs. Ils sont donc très décoratifs. En revanche, il vous faudra dépenser 40€ au minimum pour en trouver un convenable.

siphon ancien.jpg

Les pupitres d’écolier

Tout en bois, patiné par le temps, malmené, griffé, inscriptions tatouées sur son plateau… C’est comme ça qu’on l’aime, le pupître d’écolier. En général, il fait plus plaisir à maman qu’au petit bout de choux qui s’en fiche de faire des dessins sur un vieux bureau, mais c’est tellement joli dans une chambre d’enfant ! Si on vous en demande 70€, c’est une bonne affaire, au delà, négociez !

bureau ecolier

Les pots et cafetières en émail

On en trouve de plusieurs couleurs et elles sont ultra décoratives dans la cuisine. Les cafetières en émail ont bien remonté la pente. Vous pourrez en acquérir une pour une dizaine d’euros.

cafetiere email

Et les objets qui n’ont plus vraiment la côte alors ?

Et bien, si j’ai un conseil à vous donner, sauf si vous êtes collectionneur ou que vous faîtes une trouvaille extraordinaire bien sûr, passez votre chemin devant : les vieux moulins à cafés, les meubles anciens de style Louis XV et Louis XVI (ceux qui sont tous tarabiscotés), la vaisselle en porcelaine, sauf toute blanche éventuellement …

Je suis certaine que par chez vous, il y a chaque dimanche, surtout en ce moment, de belles brocantes à arpenter. Pour ma part, j’ai découvert celle de Maroilles qui a lieu chaque année à la fête des pères et je n’avais pas assez de mes deux yeux pour tout regarder ! Elle est hyper réputée et vaut vraiment de déplacement.

dav
Brocante de Maroilles 2018

 

 

 

 

Laisser un commentaire